Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à communiquer avec une personne aphasique :

Contribuez à maintenir chez la personne aphasique le désir de communiquer en encourageant ses moindres tentatives de communication.

Si elle fait des erreurs, il peut être bon de les corriger mais il convient de le faire délicatement, de façon indirecte, et d’éviter de la corriger continuellement (ne pas couper la parole déjà difficile).

Adressez-vous à elle et traitez-là en personne adulte et intelligente. Evitez les jeux de physionomie exagérés et les comportements infantiles.

Si elle ne vous comprend pas la première fois, formulez votre phrase autrement en utilisant des phrases courtes, simples (même chose à l’écrit), et en parlant plus lentement. Evitez une voix trop forte, l’aphasie n’entraîne pas la surdité.

Lorsqu’on ne parvient pas à comprendre ce que la personne aphasique veut nous communiquer, on peut observer sa mimique, tenir compte du contexte et vérifier certains besoins de la personne ayant trait à son confort, ses valeurs, ses intérêts. Formulez vos questions de façon à obtenir une réponse par un « oui » ou par un « non ». Bannissez toute question présentant un choix comme « café ou chocolat ? ».

Encouragez la personne aphasique à utiliser des gestes comme complément à ses tentatives d’expression. Il faut cependant éviter que les gestes ne remplacent la parole.

Donnez-lui tout le temps nécessaire pour s’exprimer sans l’interrompre et sans lui fournir toutes sortes de phrases qui ne peuvent qu’ajouter à sa confusion et à sa frustration. Si elle ne parvient pas à trouver le mot qu’elle cherche, vous pouvez lui accorder votre aide, soit en lui donnant le mot, soit en formulant lentement le début du mot pour qu’elle le complète elle-même.

Toute personne aphasique, quel que soit le type ou la sévérité de son aphasie, peut, dans certaines circonstances, éprouver des difficultés à suivre une conversation. C’est le cas si plusieurs personnes parlent en même temps, si on change rapidement de sujet ou encore s’il y a du bruit ambiant.

Evitez de vous adresser à la personne aphasique dans le bruit ou l’agitation, par exemple quand la radio ou le téléviseur fonctionne.

 

Quels changements de comportement l’aphasie peut-elle entraîner ?

On peut remarquer chez la personne aphasique des changements de personnalité et de comportement. Ces modifications ne sont pas nécessairement permanentes et on ne les observe pas obligatoirement chez toutes les personnes aphasiques.

La personne aphasique se fatigue vite, surtout au début de la maladie : son attention et sa capacité de concentration sont diminuées.

Elle peut se montrer pus émotive, plus irritable, surtout à cause de ses difficultés à communiquer avec son entourage.

Elle a de la difficulté à s’adapter aux imprévus : changement d’horaire, de lieu, de décor, de routine.

Elle peut se montrer soucieuse et susceptible sur certains points et attacher beaucoup d’importance à des détails.

Ses réactions de joie et de tristesse sont souvent exagérées et ne sont pas toujours appropriées à l’évènement. Elle peut rire ou pleurer pour un rien de façon incontrôlée.

 

Elle peut avoir tendance à s’isoler par peur d’affronter certaines situations où il lui faudrait communiquer.

Mais attention … L’aphasie n’est pas la conséquence

·         D’une maladie mentale

·         D’un trouble psychique

·         D’une surdité.